preloder

Vos débuts de photographe d’enfants

0 Commentaires

Vos débuts de photographe d’enfants seront un vrai défi, que vous allez relever la tête haute, je n’ai aucun doute là-dessus. Il y a des règles de bases et ensuite, vous y rajouterez votre créativité et votre style. Mais comme je vous l’ai dit précédemment, vous devez par contre intégrer un credo incontournable si la photographie d’enfance est votre but: « L’enfant d’abord, le photographe ensuite » Il n’y a pas d’alternative possible à mon sens.

Vous allez rentrer dans sa bulle, son univers. L’extra-terrestre c’est vous, pas lui. (même si en tant que maman, je pense parfois le contraire hihi) Vous serrez clairement un étranger qui vient perturber son petit monde quotidien et donc il faut y aller en douceur.

Je vais vous donner des exemples dans deux autres domaines de la photographie pour être un peu plus claire:

  • Si vous voulez faire de la photographie de paysages, vous vous serez très probablement imprégné de l’endroit avant même d’en faire la photo. Vous aurez été subjugué par la vue qui s’offre devant vous. Et vous respecterez cet endroit que vous ne voulez jamais oublier. Vous ne penserez jamais à faire un feu de bois et piques de marshmallows pour vous réchauffer dans un lieu de neige et de glace je pense. C’est justement cet immense étendue de neige et de glace que vous voulez immortaliser. Et ensuite, vous repartirez comme si vous n’étiez jamais venu. Le paysage est intact, juste imprimé pour être ensuite retranscrit ailleurs. Comme un parchemin précieux. Le lieu avant, la photo ensuite. Encore une fois.
  • Si vous êtes photographe reporter, vous êtes au coeur de l’action, avant même de dégainer votre appareil. Vous déboulez dans le vif du sujet, l’appareil à la main, et les photos viennent à vous, sans même les avoir vues venir. Vous êtes témoin d’une situation, vous ne créez pas la situation. Et vous reviendrez témoigner de ce que la situation vous a dévoilé. J’admire d’ailleurs ces témoins du temps qui font souvent passer des situations d’urgence avant leur propre vie. Le témoignage d’abord, la photo ensuite.
  • Photographe de sport, pris un stick de hockey dans les mollets avant d’avoir pu faire clic? Je plaisante 😉

Il en est de même pour l’enfance et la photographie de celle-ci. Un enfant, on lui parle à sa hauteur, on l’appréhende, on le rassure. On joue avec lui. On l’écoute. On le respecte! (relisez cette phrase dix fois 🙂 )

Ce credo ne sera donc pas facile à appliquer dès le début. Mais devra rester à votre esprit tout le temps. Il est clair qu’il faut un temps d’adaptation que vous allez gérer avec brio, j’en suis sûre!

On veut tellement faire bien, qu’on oublie souvent l’essentiel de la séance: les souvenirs que vous allez offrir à l’enfant qui vous accompagne. Ou les enfants bien sûr. Si il y en a plusieurs, le principe de base est le même. (mais la manière d’interagir sera différente, je vous en parlerai dans un autre article 😉 )

Au début, c’est vrai, vous allez gaffer. Et bien même. L’appareil sera trop lourd, vous aurez mal au cou. La sangle va s’emmêler dans vos cheveux (n’oubliez jamais d’attacher vos cheveux, conseil d’amis qu’on ne vous dira nulle part ailleurs lol) jusqu’à ce que vous ressembliez à un pirate borgne unijambiste (vous voyez l’exercice d’autodérision et d’imagination n’est pas compliqué finalement 😉 ) ou à un saucisson emberlificoté. Mais il faudra persévérer! Vous y arriverez!

Vous allez oublier vos réglages. Ou pire, vous ferez les mauvais. Vous allez carrément oublier pourquoi vous êtes la (si si c’est du vécu).

Vous allez tellement vous énerver, que vous ne verrez plus qu’un petit monstre qui court devant vous et sautille partout en se foutant de votre bouille dépitée. (j’ai écrit ça moi? lol). Mais qu’à cela ne tienne, prenez le contre pied de la situation. Soufflez un bon coup, riez avec lui et surtout amusez-vous de vous même. Ce n’est rien de bien méchant, juste un enfant que vous allez bien faire marrer.

Ces situations cocasses, parfois inextricables, peuvent souvent déboucher sur de superbes photos. Des photos inattendues, des photos enfin authentiques.

Et surtout soyez indulgent avec vous-même. On ne devient pas photographe d’enfant en une fois. Rome ne s’est pas fait en un jour et pour vos photos, croyez-moi, il vous faudra bien une journée entière pour vous remettre d’une seule séance. Au début….

Alors, sortez votre appareil et essayez. Encore et encore. Ne désespérez pas, profitez de votre maladresse pour avancer.

Soyez un vrai pirate, et amusez-vous, vraiment.

Caroline, fut un temps Capitaine Crochet 🙂

Leave a comment

fr_FRFrench
fr_FRFrench